Loading...
X

Au bureau, portez des masques pour lutter contre la Covid

L’arrivée de la Covid 19 nous a forcés à adopter certaines habitudes, notamment le port de masque. Bien que l’on commence progressivement à intégrer le concept, ce n’était pas du tout évident au départ et on comptait de nombreuses personnes réticentes. Néanmoins, il faut reconnaître l’efficacité de ces gestes qui permettent de stopper la propagation du virus. Ainsi, pour lutter efficacement contre la Covid 19, il est impératif de porter les masques adéquats. Quels sont les critères pour reconnaître un masque de qualité ?

Les critères pour reconnaître un masque de qualité

Les masques de qualité sont des masques qui répondent à plusieurs normes. Il y a la norme ASTM F2100 à partir du niveau 1 ou la norme EN14683 type IIR. Il y a aussi les masques attestés BNQ 1922-900 faits pour une utilisation dans le milieu du travail. Les masques médicaux sont souvent les plus recommandés, puisqu’ils respectent les normes. Ces masques font partie des instruments médicaux de classe I réglementé par Santé Canada. Tous les fabricants, les distributeurs et les importateurs de ces instruments médicaux doivent se soumettre aux exigences de Santé Canada et acquérir le LEIM ou Licence d’Etablisement d’Instrument Médical. Il y a aussi les normes de qualité qui s’appliquent au masque médical comme la norme American Society of Testing and Materials (ASTM) F2100 et la norme européenne EN 14 683. Ces deux dernières normes répondent au moins à 3 critères. Le premier est la filtration bactérienne à 3 microns. La deuxième est la pression différentielle. La troisième est la résistance aux fluides. Cela dit, le masque à la norme ASTM peut filtrer des particules à 0,1 micron, ce qui n’est pas le cas de la norme EN 14 683.

La différence entre le masque médical et le couvre visage

Le masque médical (procédure ou chirurgical) est destiné à protéger la bouche et le nez des gouttelettes d’une source infectée externe et réciproquement, d’empêcher d’expulser soi-même des gouttelettes pouvant contaminer autrui. C’est aussi un équipement de protection individuel ou EPI. Par contre, ce n’est pas un appareil de protection respiratoire ou APR. Le port du masque médical offre un double avantage. Le premier est qu’il protège la santé des travailleurs et le second est qu’il diminue le risque de contaminer le milieu de travail et les personnes proches.

Le couvre-visage désigne les masques portés par le grand public. Ils sont habituellement faits en matériau textile en production industrielle ou artisanale. On distingue plusieurs formes, compositions, matières et des nombres de couches sur ces masques qui n’ont pas l’attestation de la normalisation du Canada. Ils ne sont pas non plus considérés comme un EPI. Les études n’ont pas non plus démontré leur capacité à empêcher les particules de s’infiltrer. Cependant, si le couvre-visage est bien utilisé, il peut réduire la propagation d’un agent viral. Pour certaines marques, on peut trouver une filtration par solution saline radiomarquée pouvant absorber des particules à 2,8 µm dont l’efficacité peut aller de 34,9 % à 88,7 %. Par ailleurs, ces masques en tissus sont lavables et donc réutilisables. Cela dit, l’efficacité de filtration diminue après des lavages répétés. Ces masques en tissus sont aussi plus esthétiques, stylés et très économiques.
Il convient enfin de noter qu’aujourd’hui, les masques en tissus peuvent se décliner en objets publicitaires. En faisant une commande auprès de professionnels comme Fiba.fr, les entreprises et le grand public peuvent avoir des masques personnalisés mettant en valeur leur logo, un message, etc.

Leave Your Observation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *